Fifa, le phénomène footballistique, change d'horizon - Minizap Annecy
Multimédia

Fifa, le phénomène footballistique, change d'horizon

À raison d'une sortie par an depuis 1993, Fifa, d'EA Sports, s'est imposé comme le jeu vidéo le plus vendu en France. La simulation de football a profité de son partenariat avec l'instance internationale pour asseoir son image. Or, en raison de désaccords financiers profonds avec la FIFA, les dirigeants d'Electronic Arts ont décidé de mettre un terme à cet accord de plus de trente ans, faisant entrer le titre dans une nouvelle ère. L'occasion de revenir sur l'histoire de ce véritable phénomène culturel.

Electronic Arts (EA) sort chaque année depuis 1993 une nouvelle mouture de sa simulation de football star, Fifa. Depuis 2014, le titre trône en tête des meilleures ventes sur le marché français, écrasant systématiquement la concurrence. Fifa 2022 (sorti à l'automne 2021), s'est écoulé à 1,5 million d'exemplaires en quelques semaines. Mieux, l'épisode 2021, sorti un an plus tôt, est lui-même resté sur ce podium tout au long de l'année. Ce succès, la licence le doit en partie à l'accord passé il y a trente ans avec l'instance suprême du football mondial. À l'époque, le studio américain consent à débloquer un petit budget pour créer une simulation de football, à l'instar de ce qu'il fait avec le football américain (Maiden) ou le hockey sur glace (NHL). Les États-Unis s'apprêtent à accueillir la première Coupe du monde de leur histoire (1994), il y a peut-être un filon à exploiter. La méconnaissance dans les locaux de ce sport très européen est alors cocasse. « En interne, les gens ne savaient même pas ce qu'était la FIFA ! », confiait Marc Aubanel, premier producteur de la série, au Monde en 2015. Le succès en Europe est une véritable surprise. Une réussite d'autant moins attendue que le premier épisode, sorti sur la MegaDrive de Sega en 1993, posait certes les premières bases des épisodes à venir, mais ne parvenait pas à se hisser au niveau de la concurrence d'alors. C'est en 1996 que Fifa commence réellement à décoller et à gagner le cœur des joueurs grâce à un accord inédit dans l'histoire du jeu vidéo avec la Fifpro, qui gère les droits à l'image des clubs. Les joueurs du monde entier peuvent incarner leurs stars du ballon rond favorites. La clé du succès commence à se mettre en place : l'immersion. Le premier épisode à tutoyer les sommets est sans conteste En route pour la Coupe du monde, sorti en 1997, quelques mois avant le sacre des Bleus de Zinédine Zidane. EA voit les choses en grand avec 6 400 joueurs de football, 172 sélections nationales, 189 clubs, 11 ligues et, pour la première fois, la modélisation de véritables stades. Mieux, les commentaires de Thierry Gilardi et de David Ginola, une première, viennent s'ajouter au réalisme. Sans oublier la qualité de la bande-son, qui deviendra l'une des marques de fabrique de la saga.

Innovation, rivalité, triomphe

La voie royale semblait alors toute tracée. Malheureusement pour EA, le rival de Konami, International Superstar Soccer (ISS), sorti en 1994, gagne en popularité en prenant le contre-pied de Fifa : ne pouvant pas avoir les droits à l'image, ISS joue à fond la carte de la simulation pure, mettant le titre d'EA face à son orientation plus arcade et abordable. Les années 2000, avec le passage à la 3D, seront rudes pour Fifa, car ISS, devenu PES, précis, exigeant, réaliste, rafle tous les honneurs. Il faudra attendre 2008, et l'installation durable de la PlayStation 3, pour retrouver Fifa au sommet de son art. Les progrès graphiques donnent raison au parti pris d'EA : l'immersion. Avec ses stades sublimes, ses modélisations de joueurs soignées, son ambiance unique et ses animations séduisantes, le titre donne un sacré coup de vieux à la proposition de Konami. En implémentant son mode Ultimate Team (cartes à collectionner), EA déploie en outre un modèle économique qui fait un carton. Malgré les critiques qui se multiplient ces dernières années, portant sur son manque d'innovation et ses bugs répétitifs, Fifa trône depuis sans partage sur le football vidéoludique. L'annonce de l'arrêt du partenariat avec la FIFA en raison d'un différend financier entre les deux parties résonne donc comme un coup de tonnerre. À partir de 2023, la poule aux œufs d'or EA Sports s'appellera EA FC. L'accord avec la Fifpro demeure, la base de 19 000 joueurs et 700 équipes ne sera donc pas touchée. Mais une nouvelle page va s'écrire ; la FIFA ayant annoncé la création d'un jeu concurrent.

Photos liées à l'article
© EA Sports
Multimédia

The Quarry, la peur au ventre

Avec Until Dawn, Supermassive Games s'est fait une bonne place au rang des studios capables de proposer une expérience vidéoludique unique. Vibrant hommage aux films d'horreur des années 80 et 90, le titre, davantage aventure ciné...
Lire la suite
The Quarry, la peur au ventre
Multimédia

Realme GT Neo 3, dans la cour des grands

Rien ne semble pouvoir arrêter Realme. Le fabricant chinois marche sur les traces de Xiaomi et se hisse aujourd'hui à la cinquième place des vendeurs de smartphones en France. Ce succès tient en grande partie au positionnement tar...
Lire la suite
Realme GT Neo 3, dans la cour des grands
Multimédia

Peut-on se fier aux mesures des montres connectées ?

Après une longue traversée du désert, les montres connectées connaissent un vrai regain d'intérêt. La multiplication des acteurs et les investissements importants des fabricants chinois ont entraîné une nette baisse des prix et de...
Lire la suite
Peut-on se fier aux mesures des montres connectées ?