Jardin

Utiliser du compost immature pour les plantations

M. I. a décidé d'utiliser son propre compost en tant que terreau de plantation. Bonne idée. Mais faute de l'avoir tamisé, celui-ci a perturbé la croissance de ses plantes. Erreur fatale !

C'est dans l'optique de planter quelques vivaces dans un massif d'ornement que M. I. a voulu utiliser son compost maison. Au cœur du tas, il a récupéré deux brouettes complètes d'un compost bien noir et humide. L'ajout d'un tiers de sable lui a semblé suffisant à constituer un bon terreau de plantation. Il a cependant oublié l'action la plus importante à faire avant toute utilisation de compost en tant que substrat : le tamisage.

Du déchet à l'humus

La dégradation des déchets de cuisine ou de jardin transforme en un long et complexe processus de plusieurs mois des matières organiques en compost. Entrant comme composant principal de la plupart des terreaux vendus dans le commerce, il est judicieux de l'utiliser pour fabriquer un substrat maison, gratuit et disponible en grandes quantités. Selon l'utilisation qui en est faite (semis, plantation, bouturage…), on lui adjoint d'autres éléments comme du sable, de la fibre de coco ou de chanvre, de la terre de jardin ou du fumier afin de le rendre plus drainant, rétenteur, lourd ou fertile.

La faim justifie les moyens

Un compost non tamisé dans lequel des matières organiques dures sont incomplètement décomposées (restes de feuilles, branches, herbes sèches…) est dénaturé et déséquilibré. La proportion de carbone par rapport à celle d'azote (rapport C/N) est trop importante. L'enfouissement de ces matières carbonées provoque des carences en azote au niveau des plantes à cause du phénomène complexe de faim d'azote. Les végétaux jaunissent et leur croissance se fige durant quelques mois, à moins de compenser ces déséquilibres par des apports importants de matières azotées (sang séché, fumier de volaille, préparations à base d'ortie, urine diluée…). Après un indispensable tamisage au crible de 5 à 10 mm, le compost ne pose pas ce genre de problème.

Benoit Charbonneau
Jardin

Du nouveau dans les tuyaux

Le kit d'arrosage Liano incarne une nouvelle génération de tuyaux, composés de matériaux en fibres tissées ultra résistantes, assurant flexibilité et robustesse. Moitié moins lourd qu'un tuyau en PVC, il est ultra-léger et par con...
Lire la suite
Du nouveau dans les tuyaux
Jardin

Restaurer un mur en pierre sèche, sans fruit ni drain

En rénovant lui-même une restanque de pierres sèches écroulée, M. R. n'a pas appliqué les règles de base de l'art du murailleur, que sont le fruit et le drain. Erreur fatale !
Lire la suite
Restaurer un mur en pierre sèche, sans fruit ni drain
Jardin

L'arrosage au goutte-à-goutte, une tranquillité à surveiller

L'arrosage automatique par goutte-à-goutte n'est pas la panacée miraculeuse que l'on croit. Il ne suffit pas que l'impulsion électrique déclenche la diffusion de l'eau pour que l'arrosage au pied des plantes se fasse sans encombre...
Lire la suite
L'arrosage au goutte-à-goutte, une tranquillité à surveiller