Dark kitchen, la nouvelle street food - Minizap Chambery
Cuisine et vins

Dark kitchen, la nouvelle street food

Il y a du nouveau derrière les fourneaux ! Après les restaurants plongés dans le noir, les insectes comestibles, les recettes en trompe-l'œil ou encore la cuisine au CBD, la dark kitchen, littéralement « cuisine sombre », est la dernière lubie des restaurateurs. Obscur et mystérieux, le terme désigne tout simplement les restaurants fantômes, c'est-à-dire dont les plats sont disponibles uniquement en livraison mais où aucun client ne peut venir s'attabler. Décryptage.

Des restaurants virtuels au succès bien réel

Oubliez les grandes salles au design élégant où se côtoient des dizaines de gourmands. Dans les dark kitchens, point de tables ni de clientèle, car une cuisine souvent exiguë suffit pour préparer des plats à livrer. On y sert toute sorte de nourriture, des mets asiatiques aux burgers végétariens en passant par la traditionnelle pizza, le seul critère étant que les plats doivent pouvoir aisément supporter ladite livraison.
Le phénomène avait débuté avant la crise sanitaire, mais il a définitivement pris de l'ampleur lors des confinements successifs et de la fermeture au public des établissements de restauration. Par manque de temps, en raison d'un budget réduit, à cause des contraintes liées au Covid-19 et au pass sanitaire ou tout simplement parce qu'ils en ont perdu l'habitude, les consommateurs se rendent en effet moins souvent au restaurant qu'auparavant. Les professionnels du secteur se sont donc adaptés en jetant leur dévolu sur ces espaces qui leur permettent de fonctionner quelles que soient les restrictions mais aussi, de faire des économies conséquentes, puisqu'ils peuvent désormais se passer de personnel pour le service, d'ameublement, de vaisselle, de décoration, et réduire leur loyer.
Le succès est au rendez-vous, et l'on compte aujourd'hui plus de 400 dark kitchens en France, principalement situées à Paris et dans les grandes villes. Si beaucoup espèrent que cette tendance ne durera pas et que les clients retrouveront le chemin de leurs brasseries et bistrots préférés, d'après une étude menée par Statista, le marché de ces cuisines fantôme ne cesse d'augmenter depuis 2019 et devrait dépasser les 600 milliards de dollars d'ici 2026.

Lauren Ricard
Photos liées à l'article
© iStock/ City Presse
© iStock/ City Presse
Cuisine et vins

Des agrumes pour un zeste de folie

Frais, sucrés et légers à souhait, citrons, clémentines, oranges, cédrats et yuzus constituent de délicieux ingrédients à incorporer sans tarder dans nos recettes pour relever la saveur des tartes et gâteaux avec un soupçon d'orig...
Lire la suite
Des agrumes pour un zeste de folie
Cuisine et vins

La cuisine solaire, un petit goût de soleil chez soi

En climat tempéré, il est possible de faire cuire les aliments à la lumière du soleil durant cent à cent cinquante jours par an. Plusieurs types d'appareils sont à votre disposition, qu'ils soient fabriqués à la main ou achetés da...
Lire la suite
La cuisine solaire, un petit goût de soleil chez soi
Cuisine et vins

Saveurs antillaises

Dur dur de rester concentré quand, entre deux dossiers urgents à boucler, le souvenir ému de vos vacances vous traverse l'esprit. Vous vous surprenez à rêvasser aux plages de sable fin, au soleil qui chauffe votre peau et aux douc...
Lire la suite
Saveurs antillaises