Pas de logement, pas d'avenir - Minizap Chambery
Immobilier

Pas de logement, pas d'avenir

Étape primordiale d'émancipation, l'obtention du premier logement est hélas un parcours du combattant pour les jeunes. Faute de trouver un toit, il faut parfois retourner chez ses parents ou même remettre en cause ses projets professionnels.

Pénurie de logements dans les grandes métropoles en tension, loyers de plus en plus exorbitants, dossiers de location drastiques et concurrence féroce entre les candidats sont autant d'embûches auxquelles se confrontent les locataires en France. Alors que la crise du logement s'intensifie depuis plusieurs années, elle touche particulièrement les jeunes, au point parfois de les forcer à revoir leurs projets d'avenir à la baisse, comme le révèle un récent sondage Opinion Way réalisé auprès de plus de 1 000 personnes pour la plateforme Wellow, actrice de l'habitat collectif, social et urbain.

Des projets mis de côté

Si quitter le domicile familial est un symbole d'émancipation et d'indépendance, c'est aussi bien souvent une nécessité pour poursuivre ses études ou accéder à l'emploi. Mais encore faut-il avoir les moyens de se loger dans la ville de son choix ! Ainsi, 31 % des moins de 35 ans ont dû retarder leur passage à une vie autonome et 20 % déclarent être retournés vivre chez leurs parents en raison de l'augmentation du coût du logement. Plus globalement, ne pas pouvoir se loger à un prix juste constitue un véritable frein à l'emploi. En effet, 26 % des personnes interrogées déclarent avoir été obligées de retarder leurs projets de reconversion professionnelle, tandis que 22 % ont renoncé à s'orienter vers des métiers en tension en raison du décalage entre les salaires proposés et le coût du logement. De même, 14 % ont été obligés de refuser un emploi et 12 % une formation. En outre, 12 % des jeunes sondés ont carrément dû renoncer à poursuivre leurs études.

Le parcours du combattant

Sans surprise, parmi les difficultés exprimées, un jeune sur deux déplore les conditions trop sélectives imposées par les propriétaires (nature du contrat, garant, caution, salaire minimum, etc.). L'exigence d'une caution parentale est notamment un frein important (16 % n'ont pas pu y répondre). Or, bien que le dispositif public de la garantie Visale propose une alternative intéressante, il n'est pas toujours connu ni accepté partout. Face à une concurrence sans merci, bon nombre de jeunes enchaînent également les visites, tout en sachant que leur dossier a peu de chance d'être accepté (41 %).

J.P.
Photos liées à l'article
© iStock / City Presse
Immobilier

Comment profiter de l'Opération tranquillité vacances ?

À l'heure de boucler ses valises, on pense bien souvent à prévenir ses proches de son absence prolongée mais pas forcément les forces de l'ordre, alors que ces dernières peuvent se charger de surveiller votre domicile !
Lire la suite
Comment profiter de l'Opération tranquillité vacances ?
Immobilier

DPE, un nouveau calcul pour les petites surfaces

Un nouveau mode de calcul du diagnostic de performance énergétique a été mis en place au 1er juillet au bénéfice des logements de moins de 40 m2.
Lire la suite
DPE, un nouveau calcul pour les petites surfaces
Immobilier

Une aide pour financer le logement des alternants

Si vous avez décroché un contrat d'apprentissage ou de professionnalisation qui vous force à déménager à la rentrée, le dispositif " Mobili-jeune " porté par Action Logement peut vous aider à régler votre loyer.
Lire la suite
Une aide pour financer le logement des alternants