L'arrosage au goutte-à-goutte, une tranquillité à surveiller - Minizap Chambery
Jardin

L'arrosage au goutte-à-goutte, une tranquillité à surveiller

L'arrosage automatique par goutte-à-goutte n'est pas la panacée miraculeuse que l'on croit. Il ne suffit pas que l'impulsion électrique déclenche la diffusion de l'eau pour que l'arrosage au pied des plantes se fasse sans encombre. Diffusion trop superficielle et encrassement sont les deux plaies de ce genre de système.

Comme le roi avait son goûteur pour ne pas mourir empoisonné, la plante a son goutteur pour ne pas mourir de soif. Que le premier meurt, et le souverain sera sauf. Ah le beau, le joli métier ! Que le second s'encrasse et la plante mourra. On est vraiment peu de chose.

L'eau sans avoir à y penser

Les systèmes d'arrosage automatique par goutte-à-goutte permettent d'assurer l'irrigation des cultures sans avoir à s'en préoccuper. Sur le papier, le principe est idéal : grâce à une impulsion électrique, un programmateur déclenche l'ouverture d'une électrovanne qui ouvre le passage de l'eau dans un tuyau sous pression. Celui-ci, percé de goutteurs placés au pied des plantes, assure un arrosage quasi chirurgical. En fonction de la durée programmée et du débit des goutteurs, on peut garantir à chaque plante une irrigation parfaite.

L'eau des vacances

Ces systèmes, plus ou moins faciles à installer selon que l'on cherche à arroser les quelques pots d'un balcon, un potager ou plusieurs massifs de plantes ornementales, offrent la possibilité de garantir l'arrosage en l'absence du jardinier. Voilà qui l'autorise à partir en vacances durant l'été, au moment où les besoins en eau sont les plus forts. Avec les canicules à répétition, c'est devenu l'un des rares moyens qui permet de retrouver un jardin en bonne forme en rentrant de congés.

Des bémols à la clé

Mais si les programmateurs, qu'ils soient à piles ou branchés sur le secteur, sont des machines fiables qui garantissent au départ du circuit le déclenchement de l'impulsion électrique et donc le passage de l'eau, au pied des plantes, l'efficacité n'est malheureusement pas toujours au rendez-vous, car deux problèmes récurrents menacent. Le premier, mauvais pour la santé de la plante à long terme, est la superficialité de l'arrosage induit. Le second, dangereux à court terme, est l'encrassement des goutteurs.

Des plantes accros

En comparaison avec un arrosage manuel à l'arrosoir ou au tuyau, la diffusion par goutteur est légère. Quand le premier envoie dans la terre dix litres en quelques secondes, forçant l'eau à se diffuser dans les profondeurs du sol, et entraînant par là même les racines à se développer vers le bas, la plupart des goutteurs diffusent rarement plus de vingt litres effectifs par heure. Peinant à s'enfoncer, l'humidité stagne dans les premiers centimètres du sol, incitant les racines à rester superficielles. Mal implantées, elles sont alors incapables d'aller puiser d'elles-mêmes l'humidité résiduelle du sol profond et les plantes demeurent totalement dépendantes de l'arrosage. La moindre panne du système automatique provoque leur mort en quelques jours.

Décrassage de rigueur

L'autre inconvénient est la petitesse des conduits qui permettent le passage de l'eau à l'intérieur du goutteur. Le simple contact avec la terre ou un paillage en partie décomposé peut suffire à obstruer tout ou partie des ouvertures, bloquant ou réduisant l'arrosage à la portion congrue. Le calcaire contenu dans des eaux très dures peut suffire à lui seul à les boucher. Il est donc recommandé, voire obligatoire, de vérifier un par un, deux à trois fois dans la saison, le bon fonctionnement des goutteurs. Quel boulot !

Benoit Charbonneau
Photos liées à l'article
© iStock/ City Presse
© iStock/ City Presse
Jardin

Semer des coquelicots

Pour semer des coquelicots, il existe deux écoles. Celle des semis de printemps et celle des semis d'automne. Les deux sont fondées, même si la dernière génère des germinations plus précoces.
Lire la suite
Semer des coquelicots
Jardin

Sous les bois, la fraise

Le goût incomparable de la fraise des bois fait le régal des promeneurs, et généralement d'eux seuls. En effet, c'est un fruit très fragile, plus encore que la fraise traditionnelle, qui s'abîme vite après la cueillette. Vous pouv...
Lire la suite
Sous les bois, la fraise
Jardin

Rabattre les framboisiers remontants à l'automne

En rabattant à l'automne ses pieds de framboisiers remontants, M. V. se simplifie la tâche, mais se prive des premiers fruits de printemps. Erreur fatale ou astuce finaude ?
Lire la suite
Rabattre les framboisiers remontants à l'automne