Harmony OS, l'arme de Huawei pour contrer Google - Minizap Chambery
Multimédia

Harmony OS, l'arme de Huawei pour contrer Google

Victime collatérale de la guerre commerciale sans merci à laquelle se livrent les États-Unis et la Chine, Huawei, interdit d'utiliser des technologies américaines, a décidé de lancer Harmony OS, son propre système d'exploitation pour smartphone, afin de concurrencer Google et son Android.

Depuis août dernier, Huawei, le géant chinois des équipements de télécommunication, ne peut plus utiliser de technologies américaines. Au terme d'un scénario digne d'un roman de John le Caré, le fleuron de l'Empire du milieu ne peut donc plus compter sur la licence de Google pour équiper ses téléphones du système d'exploitation Android. C'est ainsi l'accès à tout l'écosystème de la firme de Mountain View qui est refusé à l'entreprise basée à Shenzhen et, en bout de course, à des centaines de millions d'utilisateurs à travers le monde. En effet, comment un téléphone peut-il se passer de Youtube, Gmail, Drive ou encore GoogleDocs, quand on connaît la popularité de ces services à travers le monde ? Pire, Facebook, Instagram ou Twitter, et leurs 4,5 milliards d'usagers cumulés, font également partie de l'interdiction. Le coup porté à Huawei fut dur. Avant cet énième avatar de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, sur fond d'espionnage de masse, la firme chinoise était en passe de devenir le premier vendeur de smartphones, devant Apple. Depuis, le rapport de force a de nouveau basculé en faveur de la Pomme, de Samsung ou encore de Xiaomi, autre géant chinois qui n'est pas (encore) frappé d'anathème. Huawei a même été expulsé du top cinq au premier semestre 2021.

Un système d'exploitation maison

Pour stopper l'hémorragie, Huawei a décidé de frapper fort. Dans les semaines à venir, l'entreprise va déployer son propre système d'exploitation pour concurrencer frontalement Android et mettre à mal la domination sans partage de Google. Techniquement, Harmony OS est basé sur le même noyau qu'Android, à savoir Linux, qui est open source. Les utilisateurs qui ont déjà eu en main un smartphone Huawei, avec la surcouche maison EMUI, ne seront donc pas dépaysés. C'est toutefois à l'ensemble de l'écosystème qu'il faudra s'habituer. La barre de recherche Google est remplacée par l'application PetalSearch, Google Maps par le système de navigation GPS PetalMaps. Il en va de même pour de nombreux services interdits. Les grands réseaux sociaux (Facebook, Twitter ou Instagram) restent prohibés. L'objectif immédiat de Huawei est de convaincre les codeurs de fournir en application l'AppGallery, l'équivalent de Google Play ou de l'Appstore d'Apple. La firme chinoise se vante d'avoir un bataillon de 2,7 millions de développeurs déjà conquis et 540 millions de téléchargements mensuels. Les premiers appareils à recevoir Harmony OS seront le Mate 40, le P40, le Mate 30 ou encore la MatePad Pro. Le P50, l'impressionnant prochain porte-étendard haut de gamme de la marque, sera livré d'office avec ce noyau. Huawei souhaite déployer le système d'exploitation sur l'ensemble de ses 200 millions d'appareils, y compris les objets connectés et ordinateurs, d'ici à la fin de l'année et conquérir, dans le même laps de temps, 100 millions de produits fabriqués par des entreprises tierces.

Un pari risqué

Ce sera sans doute là le plus gros défi de l'entreprise. Des mastodontes comme Samsung avec Tizen, ou Microsoft avec Windows Mobile, n'ont rien pu faire contre la puissance de feu de Google. Huawei peut toutefois compter sur l'adhésion probable des entreprises chinoises, qui représentent tout de même 57 % des ventes de smartphones dans le monde. Sur le sol chinois en tout cas. Seront-elles prêtes à franchir le pas en Europe, en Inde ou aux États-Unis au risque de perdre une part importante de leurs ventes ? Rien n'est moins sûr : ni Xiaomi ni Oppo ni Vivo – les trois plus grands vendeurs chinois en dehors de Chine – n'ont exprimé publiquement leur intérêt pour Harmony OS. Dans le même temps, Google a largement communiqué sur un nouveau système d'exploitation, Fuchsia, qui se passe de Linux et qui, pour le moment, est destiné aux petits objets connectés et domotiques. La guerre des OS ne fait que commencer.

Photos liées à l'article
© Huawei
Multimédia

Ratchet etamp; Clank : Rift Apart, la PS5 frappe fort

Ratchet etamp; Clank : Rift Apart est la première exclusivité grand public sortie par Sony sur sa PS5. Attendue au tournant sur ce nouveau support, la suite des aventures des deux héros emblématiques de la console nipponne devait ...
Lire la suite
Ratchet & Clank : Rift Apart, la PS5 frappe fort
Multimédia

Tour de France 2021, la petite boucle

L'an passé, les équipes de Cyanide et Nacon avaient créé une petite surprise en sortant Tour de France 2020, juste à temps pour la grande compétition cycliste hexagonale. Les sensations offertes par ce simulateur de vélo sans prét...
Lire la suite
Tour de France 2021, la petite boucle
Multimédia

Solasta : Crown of the Magister, un bel hommage aux jeux de rôle

Solasta : Crown of the Magister a tout de la belle histoire. Au terme d'un financement participatif qui a dépassé les espérances, le petit studio français Tactical Adventures a pu convaincre le géant Wizard of the Coast, l'éditeur...
Lire la suite
Solasta : Crown of the Magister, un bel hommage aux jeux de rôle