La GoPro Hero Black muscle son jeu - Minizap Chambery
Multimédia

La GoPro Hero Black muscle son jeu

Comme tous les ans, GoPro renouvelle sa caméra d'action star. Après une dixième génération qui étrennait un nouveau processeur, la dernière itération en date parvient-elle à innover malgré un rythme effréné de sortie ?

GoPro ne change pas de stratégie. Avec la précision d'une pendule automatique, le fabriquant américain de caméra d'action sort, comme chaque année à l'automne, une nouvelle génération de sa caméra d'action, référence dans le domaine depuis plus de dix ans. Il faut dire que dans un marché qui a vu la concurrence se renforcer et s'organiser, la nécessité de toujours innover est incontournable, sous peine de voir la concurrence, prête à tout pour s'asseoir sur le trône, prendre le dessus. Mais est-il possible, à ce rythme, d'apporter un lot suffisamment important de nouveautés pour justifier un nouvel achat ? La onzième génération qui gagne les étals numériques donne quelques éléments de réponse.

Le fond et la forme

Comme l'an passé, GoPro ne s'est pas attardé sur le design de sa Hero 11 Black qui reste en tout point identique à son aînée. Seul le logo 11 permet de faire la différence. Le boîtier conserve les mêmes dimensions (72 x 51 x 33 mm) et gagne… 1 g. L'étanchéité jusqu'à 10 m sans caisson, la résistance aux chutes, la trappe pour accéder à la batterie et à la carte mémoire, mais aussi l'écran à l'avant qui permet d'avoir un petit retour vidéo ainsi que le système de fixation rétractable sont reconduits, à l'instar de l'affichage tactile de 2,7 cm de diagonale. GoPro a atteint une telle maîtrise de l'assemblage de sa protégée que le niveau de finition n'a pas d'équivalent sur le marché. L'essentiel se trouve donc sous le capot. La batterie se fait plus endurante et offre environ 1h30 de film. GoPro a aussi revu son expérience utilisateur à travers une interface améliorée. Ce point était l'une des faiblesses des propositions précédentes. Des options créatives font leur apparitio, ainsi qu'un mode simplifié, qui permet d'accéder rapidement aux fonctions les plus utilisées. La gestion des angles, des cadences et des définitions demeure toutefois assez complexe. Grâce à son nouveau capteur, à la définition (27 Mpx contre 23 Mpx) et au ratio (8:7) inédits sur le marché, la Hero Black 11 offre un rendu d'une qualité inégalée. La stabilisation à toute épreuve permet de profiter pleinement de la définition de 5,3 k à 60 i/s. Le ticket d'entrée à 549 € ne justifie sans doute pas un passage de la 10 à la 11, mais les possesseurs d'anciennes générations ou de caméras concurrentes peuvent foncer tête baissée.

Photos liées à l'article
© GoPro
Multimédia

Fifa 23, crépuscule d'une idole

Pour ce qui restera dans l'histoire comme le dernier épisode de Fifa, Electronic Arts ayant refusé de poursuivre sa collaboration avec la Fédération internationale de football en raison de ses demandes financières trop élevées, on...
Lire la suite
Fifa 23, crépuscule d'une idole
Multimédia

Polaroid Hi-Print, une impression mitigée

Sur le papier, l'idée de Polaroid, le grand spécialiste de la photo instantanée, de proposer une petite imprimante de poche capable de sortir des clichés en quelques secondes a de quoi séduire. Malheureusement, sa facilité d'utili...
Lire la suite
Polaroid Hi-Print, une impression mitigée
Multimédia

À la surprise générale, Google ferme Stadia, sa plateforme de jeux vidéo à la de...

Coup de tonnerre dans le monde du jeu vidéo. Google, qui avait pourtant investi massivement dans sa plateforme de jeux Stadia, vient d'annoncer la fermeture imminente du service. Il y a quelques mois, Mountain View assurait pourta...
Lire la suite
À la surprise générale, Google ferme Stadia, sa plateforme de jeux vidéo à la demande