Polaroid I-2, le retour du carré mythique - Minizap Chambery
Multimédia

Polaroid I-2, le retour du carré mythique

Polaroid joue la carte de la nostalgie haut de gamme avec le I-2, nouveau porte-étendard du fabricant américain. Avec son look à se damner et la qualité bluffante de ses tirages, cet appareil instantané a tout pour plaire… si l'on met de côté un prix pour le moins élevé.

Juste à temps pour les fêtes de Noël, Polaroid titille notre fibre nostalgique et propose le I-2, tout droit sorti de notre imaginaire collectif. Le fabricant américain use avec délectation du format carré lancé par le légendaire Polaroid Land 95 sorti en 1948. L'héritier du Polaroid I-1 de 2016 arbore un design vintage haut de gamme. Avec un poids de 1,26 kg, il offre une prise en main agréable et facile, grâce à un revêtement assurant une bonne préhension. Son objectif, au centre, est accompagné d'une bague de mise au point et d'une bague de correction d'exposition, rendant son utilisation intuitive et plaisante​​. Développée en collaboration avec des ingénieurs japonais, l'optique du Polaroid I-2 est un modèle de 98 mm f/8-64, combinant des éléments en polycarbonate et en acrylique avec un revêtement antireflet. Son autofocus LiDAR se montre très efficace, assurant une mise au point fiable de 0,4 m à l'infini, même en basse lumière​​.

L'art de l'image

Le viseur, sans correcteur dioptrique, offre une vue détaillée des paramètres de prise de vue, malgré une certaine sensibilité à la lumière vive. Le Polaroid I-2 se distingue par sa polyvalence, offrant plusieurs modes de prise de vue, dont un mode de surimpression et un retardateur, accessibles via un écran Oled monochrome​​​​. La réactivité du Polaroid I-2 est impressionnante, avec une mise sous tension rapide et une disponibilité quasi immédiate. Cependant, le développement des photos prend environ 15 à 20 minutes, un détail qui ne manquera pas de rappeler le charme nostalgique de l'instantané, mais qui pourra impatienter plus d'un utilisateur​​. La qualité d'image dépend principalement des films i-Type de Polaroid, laissant entrevoir une certaine marge de progression en termes de rendu colorimétrique, comparé aux standards actuels de la photographie numérique. Le Polaroid I-2 brille ainsi par sa fabrication soignée, ses multiples modes, son flash désactivable, et son rechargement USB-C. Toutefois, il est freiné par la lenteur de développement des photos, un rendu des couleurs perfectible, le coût élevé des tirages (comptez environ 2 € la photo !) et son tarif assez prohibitif de 700 €​​​​.

Photos liées à l'article
© Polaroid
Multimédia

Pacific Drive, conduite en état d'angoisse

Sans crier gare, Pacific Drive s'avance en ce début d'année bien chargé sur le plan des sorties avec une proposition audacieuse, mélangeant survie post-apocalyptique, conduite et éléments rogue-lite dans un cocktail aussi rafraîch...
Lire la suite
Pacific Drive, conduite en état d'angoisse
Multimédia

Final Fantasy Rebirth, l'odyssée moderne

Dans un univers où la nostalgie côtoie l'innovation, Final Fantasy VII Rebirth s'élève comme un phénix, réinventant avec audace un classique indémodable pour le propulser dans la modernité. Ce deuxième volet tant attendu de la tri...
Lire la suite
Final Fantasy Rebirth, l'odyssée moderne
Multimédia

Invoxia Minitailz, un fil à la patte

Avec le Minitailz, Invoxia pousse le concept éprouvé du petit GPS connecté pour animaux de compagnie dans ses retranchements en ajoutant une armada de capteurs capables également de suivre leur état de forme et de santé.
Lire la suite
Invoxia Minitailz, un fil à la patte