Windows s'offre une cure de jouvence - Minizap Chambery
Multimédia

Windows s'offre une cure de jouvence

Depuis le 5 octobre dernier, Microsoft déploie, sur les PC les plus récents, la dernière génération de son Windows. Cette génération « 11 », sans doute la plus épurée de l'histoire de la Fenêtre, mise sur une simplicité d'utilisation accrue. Voici tout ce qu'il faut savoir sur ce nouveau logiciel.

Cela fait plus de six ans que Microsoft travaille à la nouvelle version de son système d'exploitation (OS). C'est le délai le plus long entre deux générations de Windows. Microsoft mise sur un déploiement long. Les premiers téléchargements ne sont ouverts qu'aux machines les plus récentes. Ce n'est pas tant la configuration minimale requise – un processeur 1 GhZ, 4 Go de Ram et 64 Go d'espace disque – qui est pointilleuse mais la nécessité pour l'ordinateur d'être doté de la fonctionnalité hardware Trusted Platform Module (TPM) version 2.0. Ce module, qui est un point clé dans la sécurité matérielle des derniers ordinateurs, ne s'est démocratisé que depuis quelques années. Si votre PC ne repose pas sur une architecture compatible, il faudra attendre le second semestre 2022 pour pouvoir profiter de Windows 11, qui, rappelons-le, est une mise à jour gratuite.

Coupe claire

Le changement le plus visible de Windows 11 se situe dans sa présentation générale. Dès que l'on clique sur le bouton Démarrer, au cœur de nombreux débats tout au long de l'histoire de l'OS, le menu ne s'ouvre plus en bas à gauche de l'écran mais vient planer au centre, un peu comme si l'on se trouvait en face d'une tablette. Windows dit adieu aux « Lives Tiles », cette disgracieuse mosaïque de tuiles colorées. Personne ne devrait les regretter. La nouvelle présentation est bien plus claire, grâce à ses icônes bien lisibles et positionnées de manière aérée. Moins brouillon, l'ensemble du menu est désormais divisé en deux : les applications épinglées en haut, les documents récents et les dernières installations en bas. Alors que les équipes de Microsoft ont toujours défendu leurs choix parfois surprenants de design en les justifiant par le haut degré de liberté laissé aux utilisateurs, les designers ont ici changé de paradigme. La doctrine « less is more » de l'illustre architecte du XIXe siècle Ludwig Mies van der Rohe reprend ses droits. Inspirant déjà le graphisme des OS d'Apple ou de Google, ce postulat esthétique est parfaitement maîtrisé sur Windows 11 et apporte un petit vent de fraîcheur. Les puristes pourront toutefois reprocher à Windows de perdre en personnalisation ce qu'il gagne en clarté. Tout est fait pour simplifier la vie de l'utilisateur qui ne se perd plus dans les innombrables menus et sous-menus des précédentes versions. L'indexation des fichiers, principale faillite des derniers opus, semble avoir été au centre de toutes les attentions. Il faut dire que Windows affichait dans ce domaine un retard incompréhensible par rapport à la concurrence, à commencer sur MacOs. Bien que rarement utilisés, Microsoft n'a pas renoncé à ses widgets, ces petits écrans qui affichent certaines informations comme la météo, le cours de la Bourse ou les dernières informations. L'intégration est désormais plus fluide, mais l'intérêt du dispositif reste limité. Aux rayons des nouveautés qui laissent perplexe : la possibilité d'assigner chacune des fenêtres ouvertes à une position prédéfinies sur l'écran. C'est une idée intéressante sur le papier mais qui mérite encore un peu de travail. Windows 11 fait également la part belle à Teams, l'environnement de travail collaboratif et à distance mis en avant par Microsoft durant la pandémie. Même si beaucoup d'utilisateurs se sont tournés vers Zoom, Google Meet ou Skype, la solution proposée par Redmond mérite le détour. En revanche, cette génération marque la fin de l'aventure Cortana. L'assistant vocal maison censé rivaliser avec Siri ou Alexa s'est avéré un échec cuisant. Enfin, il faut saluer le travail réalisé sur l'intégration de l'écosystème Xbox, qui ravira les joueurs. Sans révolutionner son système d'exploitation, Microsoft est parvenu, par petites touches bien senties, à proposer un environnement plus accessible et plus agréable à vivre au quotidien.

Photos liées à l'article
© Microsoft
Multimédia

Metroid Dread, Samus au sommet de son art

Parmi les plus célèbres licences de Nintendo, comme Mario ou Zelda, il en est une qui a une place à part : Metroid. Les fans font de Samus Aran son héroïne emblématique, l'égale du plombier ou de l'aventurier. Nintendo tient égale...
Lire la suite
Metroid Dread, Samus au sommet de son art
Multimédia

GoPro Hero 10 Black, la constance du jardinier

Comme chaque année, GoPro renouvelle sa caméra d'action phare. Après une neuvième génération qui étrennait un nouveau capteur - une première depuis 2012 -, la dernière venue parvient-elle à innover malgré un rythme effréné de sort...
Lire la suite
GoPro Hero 10 Black, la constance du jardinier
Multimédia

Outer Wilds : Echoes of the Eye, l'émerveillement permanent

Il y a tout juste deux ans sortait de nulle part un titre qui allait émerveiller joueurs et critiques, Outer Wilds. Le jeu, porté par une poignée d'étudiants pendant de nombreuses années mettait en scène une aventure spatiale exce...
Lire la suite
Outer Wilds : Echoes of the Eye, l'émerveillement permanent