Bouturer les déchets de taille des arbrisseaux - Minizap Grenoble
Jardin

Bouturer les déchets de taille des arbrisseaux

Chaque hiver, comme il est d'usage, Mme D. rabat au ras du sol ses quelques arbrisseaux ornementaux à floraison estivale. À partir des rémanents, elle prépare des rameaux à bouturer.

La plupart des arbrisseaux florissant en été gagnent à être taillés en hiver durant leur période de repos végétatif. L'opération n'est pas indispensable à leur bien-être, mais elle permet de maintenir un port compact tout en favorisant l'apparition de jeunes rameaux très florifères. À défaut, comme cela se passe à l'état naturel, les branches charpentières s'allongent, les tiges basses se dégarnissent, et les floraisons perdent de leur superbe, conférant à la plante un aspect décharné beaucoup moins esthétique.

Les heureux élus

Les arbrisseaux visés sont principalement les sauges arbustives, les gauras, le perovskia, le caryoptéris ou l'anisodontea, que l'on rabat à une vingtaine de centimètres du sol chaque année. Les arbustes à floraison estivale, dont le rabattage annuel (encore une fois non impératif) se fait plus haut, entre cinquante centimètres et un mètre de hauteur, sont également concernés : arbre à papillon, millepertuis, vitex, abelia, lavatère arbustive… Ces tailles sévères engendrent beaucoup de déchets de taille. Dans le lot, Mme D. sélectionne une dizaine de tiges, destinées au bouturage « à bois dormant ».

Du déchet au jeune plant

La préparation est rapide : les rameaux, d'un diamètre d'environ 10 mm, sont raccourcis à quinze centimètres de longueur et effeuillés (s'ils ne sont pas caducs) sur leur partie basse. Puis ils sont plantés à mi-hauteur dans des pots remplis de terreau, placés à l'ombre et à l'abri du vent. Arrosés au moment de la mise en terre, ils le seront à nouveau si les pluies se font rares afin de garder le substrat humide. Le taux de réussite est assez bon et les premières feuilles apparaissent vers le mois d'avril. Les jeunes plants obtenus serviront à regarnir les massifs clairsemés ou seront échangés dans les bourses aux plantes du printemps.

Benoit Charbonneau
Photos liées à l'article
© iStock / City Presse
© B. Charbonneau
Jardin

On n'a jamais assez de soucis

Valeur sûre parmi les valeurs sûres, le souci officinal (Calendula officinalis) est l'une des premières fleurs annuelles que l'on peut semer directement en pleine terre dès la fin du mois de février. Pas frileux pour un sou, il ge...
Lire la suite
On n'a jamais assez de soucis
Jardin

Enterrer des poteaux en pin autoclave

M. G. a utilisé des poteaux en pin autoclave pour réaliser son enclos à poules. Trois ans ont suffi pour que la partie enterrée des poteaux pourrisse et que la clôture s'effondre. Erreur fatale !
Lire la suite
Enterrer des poteaux en pin autoclave
Jardin

Les variétés, une notion à faire varier dans le jardin

La plupart des espèces végétales se déclinent en différentes variétés (ou cultivars) qu'il peut être intéressant d'associer au jardin. Chacune se distingue par des caractéristiques qui lui sont propres et qui offrent au jardinier ...
Lire la suite
Les variétés, une notion à faire varier dans le jardin