Comment utiliser le fumier frais ? - Minizap Grenoble
Jardin

Comment utiliser le fumier frais ?

J'ai la possibilité de récupérer gratuitement du fumier frais auprès d'un centre équestre voisin. Puis-je l'utiliser directement ?

Récupérer du fumier auprès des éleveurs de chevaux est une pratique courante qui relève de l'échange de bons procédés : le fumier qui s'accumule à l'arrière des écuries peut être retiré gratuitement à condition de venir le chercher soi-même. Une manière simple de disposer de quoi subvenir aux besoins du jardin, quelle que soit sa taille.

Fumier frais, on attend…

Toutefois, généralement, le fumier que l'on vous donne est encore frais. Si vous l'utilisez tel quel, en paillis, les éléments nutritifs qui ne sont pas encore stabilisés vont être lessivés par les premières grosses pluies. Si vous l'incorporez au sol, vous risquez de brûler les racines de surface de vos plantes. Vous pourriez également provoquer une faim d'azote en forçant le sol à digérer ces matières organiques trop fraîches. Ceci entraînera une carence passagère qui affectera la croissance des plantes.

Fumier mûr, on épand…

Le mieux est donc de le laisser mûrir en tas pendant six mois au moins, dans un coin du jardin, pour l'utiliser à la saison suivante. Sans avoir forcément à le toucher (même si deux ou trois brassages accéléreront sa maturation), il finira par se transformer en un substrat homogène directement assimilable par le sol sans risque de brûlure, de lessivage ou de carence. De plus, les éventuels germes pathogènes seront anéantis.

À utiliser comme il se doit

Dès lors qu'on ne distingue plus la paille du crottin et qu'il ressemble à du terreau fin, le fumier est enfin prêt à l'emploi. Épandez-le au pied de vos plantes à raison de vingt-cinq litres par mètre carré, soit une épaisseur de 2,5 cm. Griffez ensuite le sol afin de l'incorporer en surface. Avec un épandage raisonné de printemps et d'automne, vous contribuerez au fil des ans à améliorer la structure et la fertilité de votre terre. Dernière petite chose, vérifiez que vos vaccins contre le tétanos sont à jour.

Benoit Charbonneau
Photos liées à l'article
© iStock/ City Presse
Jardin

Sus aux larves d'otiorhynques !

L'otiorhynque est un insecte nocturne qui se nourrit du pourtour des feuilles. Si sa prédation est surtout inesthétique, ce sont les larves, des gros vers blancs, qui menacent le plus la survie de la plante en se nourrissant des r...
Lire la suite
Sus aux larves d'otiorhynques !
Jardin

Planter un palmier dans la zone de répartition du Paysandisia archon

En plantant deux palmiers abricots dans son jardin pour y apporter une touche d'exotisme, Mme L. s'est compliquée la vie. En effet, elle habite dans l'aire de répartition du papillon Paysandia archon, contre lequel elle va devoir ...
Lire la suite
Planter un palmier dans la zone de répartition du Paysandisia archon
Jardin

Semis denses au potager, des intérêts, mais des limites

Les nouvelles techniques de culture bio incitent les jardiniers à pratiquer des cultures plus denses au potager. C'est effectivement une bonne manière d'augmenter sa production, à condition de faire preuve de mesure. Car au-delà d...
Lire la suite
Semis denses au potager, des intérêts, mais des limites