Services gagnants pour Apple ? - Minizap Grenoble
Multimédia

Services gagnants pour Apple ?

Apple multiplie les annonces en cette rentrée. L'arrivée d'une nouvelle génération d'iPhone et, surtout, le lancement de deux plateformes – Apple TV+ et Apple Arcade – qui viendront s'attaquer à la fois à Netflix, pour la VOD, et à Google Stadia pour le jeu vidéo, ont marqué la dernière conférence d'un géant californien qui montre toutefois un visage moins innovant qu'auparavant.

L'avance prise par Apple avec iTunes, dès l'arrivée des premiers iPod en 2001, aurait dû permettre à la Pomme de faire main basse sur le marché de la vidéo à la demande. Amazon Prime, Hulu et bien sûr Netflix sont passés par là entre-temps. Lors de sa grande conférence du 10 septembre dernier, Tim Cook, le PDG d'Apple, a présenté l'offre maison, l'Apple TV+. Il s'agit d'une plateforme de vidéo à la demande par abonnement (SVOD) qui viendra s'ajouter à la longue liste des services qui fleurissent actuellement. NBCUniversal, Warner et surtout Disney, vont augmenter, dans les semaines à venir, le contingent déjà existant. Ici, l'abonnement est à 4,99 € par mois pour six profils au maximum. C'est nettement moins cher que Netflix qui vient encore d'augmenter ses prix. Bonne nouvelle, un abonnement d'un an sera offert pour tout achat d'un iPhone ou d'un Macbook. Sans grande particularité sur la forme, ce nouveau service, dont le lancement aura lieu le 1er novembre prochain, sera jugé à l'aune de la qualité des contenus qu'il proposera.

Premiers pas vidéoludiques

Entre-temps, le 19 septembre, la Pomme aura lancé son autre plateforme inédite, Apple Arcade. Ce service offre la possibilité d'accéder à un catalogue de jeux vidéo contre un abonnement mensuel, là encore, de 4,99 €. La firme de Cupertino s'est entourée d'éditeurs de renom, comme Konami, Bandai ou encore Capcom. Même si la comparaison est facile, il ne s'agit pas d'un concurrent direct des redoutables Stadia de Google, Xcloud de Microsoft ou Geforce Now de Nvidia. Apple Arcade ne donne pas la possibilité, en effet, de jouer en direct. Il est nécessaire de télécharger les jeux avant de pouvoir y jouer. Là encore, il faudra juger l'intérêt d'Apple Arcade par le truchement de la qualité des titres proposés, mais la comparaison avec les catalogues des acteurs majeurs du streaming de jeu vidéo s'annonce délicate pour la Pomme.

L'iPhone 11, la faute de goût

Le point d'orgue de la conférence d'Apple fut la présentation d'une nouvelle génération d'iPhone. Ce onzième opus se décline en trois versions : une « d'entrée de gamme » – l'iPhone 11 –, chapeautée par deux vaisseaux amiraux, le 11 Pro et le 11 Pro Max – plus grand. Bien sûr, les caractéristiques techniques sont en hausse, grâce à la dernière puce maison A13 Bionic ; certes, les capacités photo progressent avec l'arrivée d'un dispositif à trois capteurs photo ; oui, l'écran impressionne toujours davantage, mais la magie n'opère plus. D'une part le design – point fort historique des produits Apple –, interpelle avec cette excroissance incongrue à l'arrière. D'autre part, la concurrence, notamment chinoise, propose la même chose depuis de nombreuses années. Pire, la version 11 de base est toujours vendue avec le chargeur 5W de… l'iPhone 4 ! Sans oublier les tarifs, qui atteignent une nouvelle fois des niveaux records : 809 € pour le 11, 1 159 € pour le 11 Pro et 1 259 € pour le 11 Pro Max. Pas sûr que ce modèle serait sorti en l'état à l'époque de Steve Jobs.

Fin de cycle ?

Où que l'on se positionne sur le grand échiquier high-tech – quelque part entre les adorateurs d'Apple et ses plus grands pourfendeurs –, il n'est pas possible d'ôter à la Pomme sa grande force d'innovation. Le premier iPhone avait en son temps définitivement transformé le visage de la planète en sifflant l'avènement de l'ère des smartphones. Le 11 se contente aujourd'hui de copier, avec brio certes, ce qui se fait ailleurs. Depuis la mort de Steve Jobs, une inflexion se fait donc sentir. Les dernières annonces venues de Californie confirment un changement d'époque : à l'image de Microsoft, Apple semble recentrer son activité sur les services, notamment aux entreprises, et n'a plus la volonté – ou la capacité – de demeurer à l'avant-garde, préférant laisser le rôle de pionnier à d'autres acteurs émergents. Un repositionnement stratégique qui ne semble pas troubler les investisseurs : quelques heures après la conférence, la capitalisation boursière d'Apple dépassait les 1 000 milliards de dollars…

Photos liées à l'article
© Apple
Multimédia

La Playstation 5 se prépare pour Noël 2020

Sony distille au compte-gouttes les informations sur sa prochaine console. Celle qui remplacera la PS4 s'appellera bien... PS5. Le géant nippon prévoit une sortie pour les fêtes de fin d'année 2020, soit 7 ans après les débuts de ...
Lire la suite
La Playstation 5 se prépare pour Noël 2020
Multimédia

Threads, Facebook veut concurrencer Snapchat

Facebook, via sa filiale Instagram, vient de lancer Threads, un nouveau logiciel de messagerie appelé à venir concurrencer Snapchat. Pour cela, Threads a été conçu autour de la diffusion d'images et de vidéos commentées. " Dans Th...
Lire la suite
Threads, Facebook veut concurrencer Snapchat
Multimédia

Audi passe la cinquième

La future génération du haut débit mobile, la 5G, intéresse fortement les constructeurs automobiles qui y voient le parfait vecteur de déploiement du véhicule intelligent et autonome. L'absence de latence et la rapidité des transm...
Lire la suite
Audi passe la cinquième