UWB, le protocole sans fil qui ouvre de nouveaux horizons - Minizap Grenoble
Multimédia

UWB, le protocole sans fil qui ouvre de nouveaux horizons

Depuis deux ans, les smartphones les plus perfectionnés accueillent une nouvelle technologie sans fil : l'ultra wideband (UWB ou bande ultralarge). Plus sûr que le wifi et le bluetooth, mais jusqu'à présent peu utilisé, ce protocole permet à un objet de se repérer dans l'espace, de communiquer avec d'autres et de s'authentifier.

Aujourd'hui, les objets connectés communiquent entre eux principalement à travers trois grandes familles de protocoles d'ondes radio : le wifi, les ondes mobiles (4G, 5G), le bluetooth et le NFC (pour les paiements sans-contact, par exemple). Mais ces technologies sont confrontées à deux grandes limites : leur incapacité à fournir une localisation précise et leur manque de sécurité. Depuis plusieurs décennies, de nombreux chercheurs travaillent donc à l'élaboration d'un protocole qui comblerait ces lacunes. C'est l'ambition de l'ultra wideband ou bande ultralarge (UWB), qui utilise des ondes radio à très hautes fréquences (de 6 à 10 GHz, avec des impulsions toutes les deux nanosecondes). Les grandes entreprises commencent à prendre la mesure de ses avantages et à s'y intéresser de près.

Les prémices d'une révolution

Apple, Xiaomi ou encore Samsung ont intégré l'UWB dans leurs téléphones haut de gamme depuis deux ans, mais les applications concrètes tardent à se multiplier. Au gré des avancées, Google s'y intéresse également de plus en plus et les grands constructeurs automobiles, comme BMW ou Volkswagen, ont déjà franchi le pas. Il est ainsi possible d'ouvrir et de démarrer la dernière Série 7 grâce à son Apple Watch simplement en s'approchant d'elle. L'UWB remplace en effet avantageusement tous les systèmes classiques de démarrage sans clé, bien trop vulnérables aux attaques pirates. La bande ultralarge permet aussi aux possesseurs d'iPhone de retrouver leurs AirTag ou d'échanger via AirDrop des fichiers entre des ordinateurs Apple récents.

Vitesse, sécurité et précision

La grande force de l'UWB est sa capacité à localiser en trois dimensions et de manière précise un objet qui en est doté, fonctionnalité totalement inconnue des autres protocoles radio uniquement concentrés sur l'échange de données. À la manière d'un sonar, le dispositif triangule sa position en mesurant le temps mis par les ondes radio à gagner les autres appareils ou les balises. Il s'agit d'un fonctionnement très proche de celui utilisé par Google dans les échanges GPS avec les satellites, à la différence près que les communications sont ici bidirectionnelles : les objets communiquent entre eux.
La précision de la localisation est de l'ordre du centimètre. On peut imaginer qu'à moyen terme, il ne soit plus nécessaire de sortir sa carte de paiement lorsque l'on passe à la caisse d'un magasin, où qu'il suffira d'avoir reçu un lien sur son smartphone pour récupérer une voiture chez un loueur. On peut également imaginer la disparition progressive des mots de passe, maillon faible de la cybersécurité. Un ordinateur équipé de la technologie UWB pourrait ainsi valider la présence d'un utilisateur devant lui et ouvrir une session avec tous les accès et services qui lui sont autorisés sans qu'aucun identifiant ne soit entré.
D'autres implications sont envisagées : on pense évidemment à la domotique, à la réalité augmentée, au suivi des colis ou des animaux domestiques. Dans un grand magasin, il serait possible de localiser n'importe quel produit, au lieu de perdre un temps précieux à le chercher.

Perfectionnement en vue

L'UWB est encore perfectible. Techniquement, le protocole est à peu près au niveau du wifi en 1990, avant son adoption massive à partir du début des années 2000. Une prochaine mise à jour prévoit d'ailleurs la multiplication par dix de la rapidité des échanges, permettant un suivi en temps réel proche du GPS. Il reste toutefois une limite de taille à lever : à une époque où la protection de la vie privée est un enjeu majeur, que faire d'une technologie qui permet de localiser en tout temps son utilisateur ?

Photos liées à l'article
© BMW
Multimédia

Vampire The Masquerade : Swansong, à vous glacer le sang

La licence Vampire The Masquerade est bien connue des amateurs de jeu de plateau papier. Publié en 1991, le jeu de rôle de White Wolf Publishing, articulé autour d'un univers gothique-punk profond mais accessible, s'est vite impos...
Lire la suite
Vampire The Masquerade : Swansong, à vous glacer le sang
Multimédia

DJI Mini 3 Pro, toujours plus haut

DJI assoit sa domination du marché des drones. Le fabricant chinois dégaine son Mini 3 Pro, un aéronef compact en diable, aux capacités de vol et de captation inédites.
Lire la suite
DJI Mini 3 Pro, toujours plus haut
Multimédia

Fifa, le phénomène footballistique, change d'horizon

À raison d'une sortie par an depuis 1993, Fifa, d'EA Sports, s'est imposé comme le jeu vidéo le plus vendu en France. La simulation de football a profité de son partenariat avec l'instance internationale pour asseoir son image. Or...
Lire la suite
Fifa, le phénomène footballistique, change d'horizon