Les Français rêvent d'une maison de vacances - Minizap Grésivaudan
Immobilier

Les Français rêvent d'une maison de vacances

Posséder son propre petit coin de paradis pour y passer ses vacances, voilà qui a de quoi faire rêver ! Et justement, la crise sanitaire a eu un effet déclencheur pour bon nombre de ménages. Décryptage.

Si la vie urbaine a ses avantages, bon nombre de familles rêvent de posséder un pied-à-terre bucolique afin de pouvoir s'y ressourcer lors de leurs congés. D'après l'Insee, on comptait ainsi quelque 3,6 millions de résidences secondaires (y compris celles louées meublées aux voyageurs) début 2020, soit environ 10 % du parc total de logements français. Loin de s'atténuer, l'envie d'une demeure de villégiature a d'ailleurs gagné du terrain sous l'effet des restrictions sanitaires…

Se ressourcer et... télétravailler

De multiples facteurs incitent les familles à investir dans un pied-à-terre, comme nous l'explique Philippe Buyens, directeur général du réseau immobilier Capifrance : « Les hyper-urbains recherchent de plus en plus un coin de nature pour se ressourcer. Il y a également ceux qui achètent pour s'y installer plus tard à la retraite. De même, les familles qui passent plusieurs week-ends et les vacances à la montagne préfèrent aussi investir. Enfin, il y a les étrangers non-résidents qui s'offrent des résidences secondaires en France. »
Au beau fixe, ce marché a d'ailleurs profité d'un coup d'accélérateur avec la crise sanitaire ! Sur ses propres transactions, le réseau Capifrance a constaté une hausse de 15 % des ventes en 2020. L'insupportable petitesse des logements pendant les confinements et la difficulté de voyager ont ainsi eu un « effet déclencheur » sur les projets des Français. En outre, 30,9 % des personnes souhaitant acheter une résidence secondaire désirent à présent y vivre plusieurs jours par semaine grâce au télétravail, selon une récente étude du site d'immobilier entre particuliers Pap.fr.

La maison de campagne en top liste

« Sans surprise, c'est la Côte d'Azur qui concentre le plus grand nombre de résidences secondaires. Mais face aux prix souvent élevés, les Français en quête d'air frais se tournent aussi vers la côte Atlantique, du Pays basque à la Vendée », analyse Karl Toussaint du Wast, le cofondateur de Net-investissement.fr, une entreprise de conseil en gestion de patrimoine. De façon générale, les propriétaires cherchent à investir à moins de 400 km de leur domicile afin de pouvoir en profiter.
Quant au type de bien convoité, la mode est aux grandes maisons de famille. Nicolas Gay, le fondateur de l'agence immobilière 100 % en ligne Welmo.fr, constate « une forte croissance pour les biens anciens à retaper dans des zones rurales suite au confinement ». Et de compléter : « L'espace et la verdure sont devenus des critères de premier choix. Les maisons restent les plus plébiscitées pour une moyenne de 100 m2. »

Un investissement à rentabiliser

Si la perspective de posséder son propre petit coin de paradis en campagne est séduisante, elle a toutefois un coût. « Il arrive souvent que les frais d'entretien et de travaux de réparations nécessaires n'aient pas été correctement pris en compte dans le calcul du budget prévisionnel », met en garde Karl Toussaint du Wast. Sans compter que les impôts locaux gonflent encore la facture…
L'idéal est donc de louer une partie de l'année votre pied-à-terre aux voyageurs ponctuels, au besoin en recourant à un service de conciergerie professionnel. C'est ce qu'on appelle un meublé de tourisme. Pour profiter d'une forte rentabilité, Nicolas Gay conseille de « prioriser les vacances, les week-ends et les ponts », en conservant pour vous-même les créneaux de séjour les moins prisés. Autre astuce de l'agent immobilier : « Les locations vont souvent du samedi au samedi, soit 7 jours. Mais s'il vous est possible de louer pendant 2 semaines consécutives, c'est préférable. Ainsi vos coûts d'entretien seront plus faibles, notamment en termes de ménage. »

Déclarer votre meublé : mode d'emploi

Pour louer votre résidence secondaire en tant que meublé de tourisme, vous devez au préalable déclarer cette location en mairie ce qui pourra s'accompagner, selon la réglementation de la commune concernée, d'une procédure d'autorisation de changement d'usage. Pensez donc à vous renseigner en amont !
Pour être en règle avec le fisc, vous devez également vous inscrire au répertoire Sirène de l'Insee, dont le numéro sera à indiquer sur votre déclaration de revenus. Les loyers seront en effet à indiquer dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC).
Enfin, de façon facultative, vous pouvez demander un classement de votre meublé de tourisme (de 1 à 5 étoiles) afin de mettre en avant son niveau de confort et d'équipement.

Julie Polizzi
Photos liées à l'article
© iStock / City Presse
© iStock / City Presse
© iStock / City Presse
Immobilier

Gérez vos biens immobiliers en ligne

Avis aux magnats de l'immobilier ! Les impôts proposent de nouvelles fonctionnalités en ligne pour accéder à une vision d'ensemble de votre patrimoine et, bientôt, pouvoir effectuer vos déclarations foncières.
Lire la suite
Gérez vos biens immobiliers en ligne
Immobilier

La localisation, un critère essentiel de valorisation immobilière

De multiples facteurs influencent le prix d'un logement comme la localisation. Et au-delà de la ville ou du quartier, les services immédiatement disponibles ou non ont aussi leur importance à l'heure du choix...
Lire la suite
La localisation, un critère essentiel de valorisation immobilière
Immobilier

Qui paie quoi dans une transaction immobilière ?

Entre les éventuels intermédiaires, les documents obligatoires payants et autres impôts, une transaction immobilière entraîne de nombreux frais. Qui du vendeur ou de l'acheteur doit s'en acquitter ? On fait le point sur la réparti...
Lire la suite
Qui paie quoi dans une transaction immobilière ?